Forum – Attirer et fidéliser la main-d’oeuvre expérimentée

Attirer et fidéliser la main-d’oeuvre expérimentée

La compétence n’a pas d’âge organise son prochain grand forum Attirer et fidéliser la main-d’oeuvre expérimentée offert en version hybride le 29 mars 2023.

  • DATE : 29 mars 2023
  • HEURE : 8h30 – 15h30 (Entrée à 7h30)
  • LIEU : Centre Caztel, 905 route Saint-Martin, Sainte-Marie, QC, Canada

Procurez-vous vos billets ici : cliquez ici

Salon Solutions RH

Salon Solutions RH

Les 27 et 28 septembre, La compétence n’a pas d’âge sera présent au Salon Solutions RH, retrouvez-nous à notre kiosque !

  • DATE : 27 et 28 septembre 2022
  • LIEU : Palais des congrès de Montréal, 1001 Place Jean-Paul-Riopelle, Montréal, QC, Canada

Pour plus d’informations : cliquez ici

Webinaire – Attirer et fidéliser la main-d’oeuvre expérimentée

Webinaire

Attirer et fidéliser la main-d’oeuvre expérimentée
Les dernières tendances 2022

Le 14 juin 2022

MISER SUR LE RETOUR À L’EMPLOI DES RETRAITÉS

Lévis, le 1er MARS 2022 – L’AQDR-Lévis-Rive-Sud souligne la mise en place, par le gouvernement du Québec, de l’« opération main-d’œuvre » qui mise notamment sur le retour en emploi des retraités dans certains services publics essentiels afin de contrer la pénurie de main-d’œuvre dont fait face le Québec.

« La nouvelle prime salariale temporaire pour les retraités est un pas de plus dans la bonne direction. Cela prouve encore que les travailleuses et travailleurs expérimentés sont un apport important pour contrer cette pénurie », mentionne monsieur Jean-Claude Paquet, président de l’AQDR-Lévis–Rive-Sud.

Il invite également toutes les organisations québécoises qui reconnaissent et qui misent sur l’apport et la valeur des travailleuses et travailleurs expérimentés et qui souhaitent mettre en place des bonnes pratiques favorisant l’embauche, le maintien et le retour en emploi de cette main-d’œuvre à s’inscrire au www.lacompetencenapasdage.com.

Rappelons qu’actuellement cette CAMPAGNE de sensibilisation et son PROGRAMME pour outiller les entreprises, LA COMPÉTENCE N’A PAS D’ÂGE, est en déploiement dans la région de Chaudière-Appalaches.

Pénurie de main d’œuvre : la région de Chaudière-Appalaches fait face à un enjeu majeur

Scott, le 29 janvier 2020 – C’était aujourd’hui qu’avait lieu le forum Marché du travail, Misons sur les 50 ans et + pour la région de Chaudière-Appalaches, organisé par l’Association Québécoise de Gérontologie (AQG) dans le cadre de son programme « Générations au travail, réussir ensemble! » en collaboration avec APE Services d’aides à l’emploi.

Le forum a réuni plus de 110 participants, dirigeants d’entreprises, conseillers en ressources humaines, organismes en employabilité et partenaires du marché du travail qui ont pu échanger, dans un climat convivial, sur leurs préoccupations et les pistes d’actions pour attirer et maintenir en emploi les travailleurs expérimentés.

« Nous sommes fiers d’être partenaires à ce forum. Nous croyons qu’il est essentiel pour les entreprises de valoriser l’emploi des personnes d’expérience pour répondre à leurs besoins de main-d’œuvre. Ces travailleurs et travailleuses ont des profils professionnels diversifiés et sont prêts et disponibles pour contribuer à l’activité économique de notre région à 55, 60 et même 65 ans et + » de dire madame Dana Beaudin, directrice générale par intérim de l’APE Services d’aide à l’emploi.

Rareté de main-d’œuvre

Au Québec, la pénurie de main-d’œuvre est parmi les plus sévères au Canada, le taux de postes vacants était de 3,6 % au troisième trimestre de 2019. Pour la région de Chaudière-Appalaches, c’était plus de 7600 postes à combler. (Source : Statistique Canada).

L’économiste de l’UQAM Pierre Fortin, originaire de Lévis, nous rappelle que le Québec fait face à une pénurie de main d’œuvre historique, et qu’il y a actuellement plus de 137 500 emplois de disponibles : « Le nombre de postes vacants dans la région de Chaudière-Appalaches a atteint un sommet pour cette période de l’année. Cette situation s’explique par la bonne tenue du marché de l’emploi et par les faibles niveaux de chômage. De plus, les taux de postes vacants observés ont également franchi de nouveaux records et notons que ces taux sont plus élevés dans cette région que dans l’ensemble du Québec et du Canada. Une évidence qui laisse présager que la rareté de main-d’œuvre touche particulièrement cette région. »

Flexibilité organisationnelle : la clé

Madame Diane-Gabrielle Tremblay, professeure en gestion des ressources humaines à l’Université TÉLUQ et spécialiste de renommée internationale, a invité les entreprises à repenser l’organisation du travail et à oser l’aménagement du temps de travail afin d’accroître leur attractivité. « Il y a eu quelques programmes d’aménagement du temps de travail promus par le gouvernement du Québec il y a quelques années, mais les entreprises ne sont pas encore très innovatrices en matière de temps de travail alors que c’est ce que souhaitent les travailleurs vieillissants pour rester en emploi : semaine de 4 jours, semaine comprimée, aménagements sur l’année, télétravail, il faut innover pour les retenir ! ».

Des représentants d’entreprises de la région, Restaurant St-Hubert, groupe RBR et autobus Auger, ont partagé leurs bonnes pratiques d’embauche et de rétention des travailleurs expérimentés. Pour sa part Madame Monique Bédard, travailleuse expérimentée nous fait part que d’être à l’écoute des besoins de la main-d’œuvre, offrir une flexibilité d’horaire et un environnement de travail où les relations humaines sont prisées, font partie des clés du succès.

Coûts sociaux de l’âgisme

« L’âgisme, ça coûte cher aux entreprises », affirme Martine Lagacé, professeure titulaire au département des communication à l’Université d’Ottawa et spécialiste des coûts sociaux de l’âgisme. Si les entreprises reconnaissent l’état de précarité auquel les expose l’actuelle pénurie de main-d’œuvre, elles négligent à mettre en place des mesures de rétention des travailleurs plus âgés. Ironiquement, face au vieillissement de la main-d’œuvre, la mesure le plus populaire est d’offrir un plan de retraite progressive, ce qui a davantage pour effet de les accompagner doucement vers la porte de sortie.

Générations au travail, Réussir ensemble!

« Outiller les entreprises, encourager la mise en place de bonnes pratiques pour recruter et maintenir en poste la main-d’œuvre expérimentée, c’est notre mission. D’ailleurs, nous invitons les entreprises de toutes tailles et de tous secteurs d’activité à s’inscrire à la campagne La compétence n’a pas d’âge et à télécharger une trousse gratuite à www.lacompetencenapasdage.com pour évaluer leurs pratiques et les enrichir » de conclure Monsieur Éric Sedent, expert-conseil à Générations au travail, réussir ensemble !

Les participants sont ressortis de ce forum sensibilisés et outillés.

FORUM MARCHÉ DU TRAVAIL MISONS SUR LES 50 ANS ET + DE CHAUDIERE-APPALACHES

FORUM MARCHÉ DU TRAVAIL MISONS SUR LES 50 ANS et +

Montréal, le 19 décembre 2019– C’est le mercredi 29 janvier qu’aura lieu le forum régional « Marché du travail, misons sur les 50 ans et + » pour la grande région de la Chaudière-Appalaches, organisé conjointement par l’Association québécoise de gérontologie (AQG) dans le cadre de « Générations au travail, réussir ensemble! » et APE Services d’aide à l’emploi.

L’événement vise à susciter la réflexion et l’échange entre partenaires du marché du travail sur les principaux défis concernant l’embauche et le maintien en emploi de la main-d’œuvre expérimentée ainsi qu’à promouvoir de bonnes pratiques s’y rattachant.

Le Québec fait face à une pénurie de main-d’œuvre historique. Mais pourquoi les entreprises devraient-elles miser sur les travailleurs et travailleuses expérimentés pour contrer cette pénurie? Quels sont notre perception des travailleurs plus âgés, et les coûts de l’âgisme en entreprise? Quelles sont les formules d’aménagement et d’organisation du travail qui permettraient de maintenir plus longtemps en emploi les travailleurs expérimentés? Les entreprises sont-elles bien outillées et prêtes à mettre en place des conditions gagnantes? C’est à ces questions que l’économiste Pierre Fortin, les experts Diane-Gabrielle Tremblay (nouvelles formes d’organisation du travail) et Martine Lagacé (âgisme en emploi) ainsi que 6 autres conférenciers tenteront de répondre tout au long de la journée. Des entreprises de la région, nous partagerons leurs bonnes pratiques d’embauche et de maintien en emploi des 50 ans et plus, des travailleurs expérimentés viendront témoigner de leurs parcours, des obstacles rencontrés, mais surtout de leurs motivations. Par ailleurs, les représentants de Services Québec viendront présenter une gamme de nouvelles mesures pour soutenir les entreprises qui embauchent une main-d’œuvre de 55 ans et plus.

Madame Marie-Ève Proulx, ministre déléguée au Développement économique régionale et ministre responsable de la région Chaudière-Appalaches prononcera le mot d’ouverture de ce forum.

L’événement sera animé par la journaliste et animatrice Sophie Stanké.

Vous pouvez consulter le programme complet pour connaître la liste des conférenciers et conférencières au lien suivant : https://www.lacompetencenapasdage.com/wp-content/uploads/2019/12/prog-abrege-chaudiere-appalaches.pdf

AIDE-MÉMOIRE

DATE :                      Mercredi 29 janvier 2020
HEURES :                8 h 30 à 15 h 30 (accueil dès 7 h 45)
LIEU :                       La Cage à Maxime
265, rue Drouin, Scott (Québec) G0S 3G0

Communiqué – Les travailleurs expérimentés : un bassin de main-d’œuvre négligé

 

Salaberry-de-Valleyfield, le 26 novembre 2019 – C’était aujourd’hui qu’avait lieu le forum Marché du travail, Misons sur les 50 ans et plus pour la Montérégie-Ouest, organisé par Générations au travail, réussir ensemble! de l’Association québécoise de gérontologie en partenariat avec Vision Travail, Développement VaudreuilSoulanges, la Mutuelle d’attraction, la Chambre de commerce et d’industriede Beauharnois – Valleyfield – Haut-Saint-Laurent, la SADC du Suroit-Sud et le CLD Beauharnois-Salaberry .

Rareté de main-d’œuvre en Montérégie
L’économiste émérite de l’UQAM, Pierre Fortin a affirmé que le Québec fait face à une pénurie de main-d’œuvre historique et que, hors des temps de récession, elle va persister. Il y a actuellement plus de 140 000 emplois disponibles et près de 20 % de ces postes se retrouvent en Montérégie. « Le nombre de postes vacants en Montérégie a atteint un sommet pour cette période de l’année. »

Salle comble

Lors de son mot d’ouverture, le maire de Salaberry-de-Valleyfield, Miguel Lemieux, nous mentionne que: « La rareté de la main-d’œuvre est un enjeu de tous les instants dans notre milieu. Nous devons faire mieux pour mettre à profit ces travailleurs de 55 ans et plus, disponibles et déjà expérimentés ».   

Pour sa part, Philippe Roy, de DEV Vaudreuil-Soulanges nous rappelle que : « L’enjeu de la rareté de la main-d’œuvre modifie grandement la façon dont les employeurs abordent le marché du travail. Ils doivent opter pour une plus grande flexibilité des horaires afin de s’adapter aux disponibilités des candidats. Les travailleurs expérimentés, en plus d’apprécier ces changements, deviennent en entreprise des atouts importants pour contribuer à la formation des plus jeunes employés. »

Un bassin de main-d’œuvre sous-utilisé
Malgré le contexte de pénurie, Statistique Canada révèle que les chercheurs d’emploi de 55 ans et plus sont une fois et demie plus longtemps au chômage que les 54 ans et moins, une situation qui laisse penser que le recrutement peut être teinté d’âgisme. « Les chercheurs d’emplois de 50 ans et plus rencontrent des obstacles, notamment en ce qui concerne la reconnaissance de leurs expériences et le transfert de leurs compétences à un autre secteur où il désire s’investir après une réorientation » affirme monsieur Denis Thibault, directeur général de Vision Travail.

En contrepartie, une table ronde composée de quatre dirigeants d’entreprises de la région sont venus exposer les avantages d’employer les 50 ans et plus et leurs bonnes pratiques pour les recruter.

Mettre en place des conditions gagnantes
Alexandre Gagnon de la Fédération des Chambres de commerce du Québec a énoncé des conditions gagnantes à mettre en place pour favoriser l’attraction et la rétention de la main-d’œuvre expérimentée qui présentent une des voies les plus prometteuses pour contrer la pénurie. Ces mesures phares : réforme de la fiscalité, augmentation de l’âge de la retraite et campagne de sensibilisation interpellent tant le gouvernement, les entreprises que les syndicats.

Enfin Services Québec et Générations au travail sont venus présenter leurs programmes et mesures visant à soutenir les entreprises qui souhaitent embaucher des travailleurs de 55 ans et plus.

Le forum a réuni plus de 90 participants, dirigeants d’entreprises, conseillers en ressources humaines, et partenaires du marché du travail qui sont ressortis de cet événement, sensibilisés et outillés. Des forums similaires sont organisés dans 14 régions du Québec par Générations au travail, réussir ensemble!

Communiqué – Pénurie de main d’œuvre : Le maintien et le retour en emploi des travailleurs expérimentés est la solution la plus efficace et la moins coûteuse

Sylvie Parent, Mairesse de Longueuil

Longueuil, le 6 novembre 2019 – C’était aujourd’hui qu’avait lieu le forum Marché du travail, Misons sur les 50 ans et plus pour la Montérégie-Est, organisé par Générations au travail, réussir ensemble! de l’Association québécoise de gérontologie en partenariat avec Vision Travail, le CIJAD, DEL (Développement économique de l’agglomération de Longueuil) et la Chambre de commerce et d’industrie de la Rive-Sud.

Le forum a réuni plus de 100 participants, dirigeants d’entreprises, conseillers en ressources humaines, et partenaires du marché du travail qui ont pu échanger, dans un climat convivial, sur leurs préoccupations et les pistes d’actions pour attirer et maintenir en emploi les travailleurs expérimentés.

Salle comble pour ce Forum de Longueuil

Lors de son mot d’ouverture, la mairesse de Longueuil, Madame Sylvie Parent nous mentionne que :
« La Ville de Longueuil a fait du développement économique l’une de ses priorités et de nombreuses entreprises et industries ont choisi de s’établir chez nous. Pour continuer d’être la terre d’accueil d’entreprises florissantes et maintenir en santé celles déjà établies, comme plusieurs autres villes de la Montérégie et du Québec, nous devons envisager toutes les pistes de solutions face à la pénurie de main-d’œuvre. En ce sens, j’estime qu’il y a matière à réfléchir sur l’apport inestimable des 50 ans et plus pour revigorer le marché du travail »

Pour sa part, Madame Stéphanie Brodeur, directrice de la Chambre de Commerce et d’Industrie de la Rive-Sud nous rappelle qu’: « Il est aussi primordial de faire valoir aux entreprises les avantages d’engager des travailleurs expérimentés. Le forum Marché du travail, Misons sur les 50 ans et plus est une opportunité en or de démystifier les préoccupations des employeurs vis-à-vis l’embauche de ces travailleurs. »

Rareté de main-d’œuvre en Montérégie

Au Québec, la pénurie de main-d’œuvre est parmi les plus sévères au Canada, le taux de postes vacants était de 3,8 % au second trimestre 2019. (Source de Statistique Canada).

« Le nombre de postes vacants au Québec est de 140 000, et près de 20 % de ces postes se retrouvent en Montérégie. Cette situation s’explique par la bonne tenue du marché de l’emploi et par les faibles niveaux de chômage. La rareté de la main-d’œuvre est un enjeu majeur, et miser sur les travailleurs et travailleuses d’expérience doit faire partie des pistes de solutions pour nos entreprises d’ici » explique Madame Julie Ethier, directrice générale de DEL.

Flexibilité organisationnelle : la clé

« Ce que les travailleurs expérimentés recherchent pour demeurer en emploi ou pour y revenir après quelques années à la retraite est semblable à ce que les autres employés demandent : un climat de travail agréable, un horaire flexible, la possibilité de faire du télétravail, de se limiter à quatre jours par semaine, etc. La pénurie de main-d’œuvre vient en partie du fait que beaucoup d’entreprises n’ont pas mis en place des pratiques de gestion et d’aménagement du temps de travail pour attirer et retenir les employés », indique Madame Diane-Gabrielle Tremblay, professeure en gestion des ressources humaines à l’Université TÉLUQ et spécialiste de renommée internationale.

Un bassin de main-d’œuvre longtemps négligé

Malgré le contexte de pénurie, Statistique Canada révèle que les chercheurs d’emploi de 55 ans et plus sont plus longtemps au chômage que les plus jeunes au Québec, une situation qui laisse penser que le recrutement peut être teinté d’âgisme. « Les chercheurs d’emplois de 50 ans et plus rencontrent des obstacles, notamment en ce qui concerne la reconnaissance de leurs expériences et le transfert de leurs compétences à un autre secteur où il désire s’investir après une réorientation. » affirme Monsieur Denis Thibault, directeur général de Vision Travail. Néanmoins, une table ronde composée de gestionnaires de ressources humaines du CISSS de la Montérégie-Est, de CEL Aerospace et d’une entreprise de soins à domicile, l’Étoile à domicile, sont venus exposés les avantages d’employer des travailleurs et travailleuses séniors et leurs bonnes pratiques pour les recruter.

Les entreprises sont d’ailleurs invitées à commander ou à télécharger gratuitement une trousse contenant des guides, un outil d’évaluation et du matériel de sensibilisation pour mettre en place de bonnes pratiques en s’inscrivant à www.lacompetencenapasdage.com.

Les participants sont ressortis de ce forum sensibilisés et outillés. Des forums similaires sont organisés dans chaque région du Québec par Générations au travail, réussir ensemble! Les prochains auront lieu à Salaberry-de-Valleyfield le 26 novembre et en Chaudière-Appalaches le 29 janvier 2020.

Travailler à la retraite: tête première dans une deuxième carrière

https://quebec.huffingtonpost.ca/entry/travailler-a-la-retraite-tete-premiere-dans-une-deuxieme-carriere_qc_5db88831e4b00d83f71e6473

Un maillage gagnant avec les travailleurs expérimentés

Le 29 octobre avait lieu à Sainte-Adèle l’événement Embauchez un travailleur expérimenté, une sage décision! le deuxième d’une série de trois qui se déroule cet automne dans la région des Laurentides.

« Pour les entreprises, la pénurie de main-d’œuvre représente un défi majeur, mais pour les travailleurs expérimentés, elle est porteuse d’espoir, car elle force les entreprises à s’ouvrir à des bassins de main-d’œuvre jusqu’ici négligés » a affirmé d’entrée de jeu Irène Demczuk coordonnatrice de Générations au travail dans la conférence d’ouverture de l’événement. Bruni Surin, le médaillé olympique devenu conférencier et motivateur a fait un vibrant plaidoyer aux travailleurs, travailleuses et entreprises participantes sur l’importance de poursuivre son rêve et de ne pas baisser les bras devant l’adversité.

Des représentantes du service aux entreprises de Services Québec ont présenté les services et subventions salariales disponibles aux entreprises qui misent sur les 55 ans et plus de même que les mesures fiscales mises de l’avant par le ministère Emploi, Travail et Solidarité sociale (MTESS) pour favoriser l’embauche et le maintien en emploi des travailleurs expérimentés. Surtout, l’événement a été l’occasion pour les chercheurs et chercheuses d’emplois de rencontrer des entreprises et de proposer leur candidature. Il faut voir l’éclat dans les yeux d’un candidat qui décroche un emploi dans ce contexte où l’âge est présenté comme un atout pour comprendre la valeur de ce type d’événement. La compétence n’a pas d’âge. Prochain rendez-vous laurentien: le 13 novembre à Mont-Laurier.

© 2022. Tous droits réservés